Vent de jeunesse sur la fondation Mo Ibrahim

La fondation Mo Ibrahim a consacré son récent forum annuel à la jeunesse africaine. Retour sur une journée pleine d'avenir.
 
Dakar a accueilli le 11 novembre 2012 le forum annuel de la fondation Mo Ibrahim. Le thème choisi « Réaliser le potentiel de la jeunesse africaine » est ô combien crucial pour notre continent. Sur le milliard d'habitants qu'il compte, la composante jeune est en effet majoritaire. "D'ici la fin du siècle, dans moins de deux générations, il y aura 340 millions de jeunes africains en plus, alors que les jeunesses européenne, mais aussi asiatique et sud-américaine vont diminuer, fait remarquer Mo Ibrahim. C'est la jeunesse africaine qui formera le plus gros contingent de la jeunesse mondiale."
 
Le levier de la jeunesse
 
Cette question tient très à cœur au milliardaire de 65 ans, dont la fondation a élaboré un document riche en données."On ne reste pas jeune toute sa vie. Mais on reste africain", relève celui que l'on appelle Mo. La compréhension des points communs et des différences entre la jeunesse africaine et les autres a nourri les débats de l'événement de novembre. Ce rendez-vous a également permis de tordre le coup à des idées reçues ,comme de celle croire que l'avenir et la modernité sont dans les grandes capitales.

Prix et indice Mo Ibrahim 
 
En 2006, Mo Ibrahim, Soudanais naturalisé britannique, ex-ingénieur et pionnier de la téléphonie mobile, a créé sa fondation qui attribue chaque année un prix au chef d'État africain le plus méritant. Mais en 2012, faute d'avoir trouvé un ancien Président crédible, comme en 2009 et 2010, la fondation a remis le week-end dernier un prix à Desmond Tutu.  L'ancien businessman Mo peut aussi être fier de l'indice Ibrahim de la gouvernance (IIAG) qui radioscopie les 53 pays africains. Le classement qui en découle s'impose comme une référence parmi les élites du continent.  En tête du classement général de 2012 figurent l’île Maurice, suivi du Cap Vert et du Botswana. 

Aurélie GANGA

Lire la suite...

Hollande : du président normal au président malpoli

Le 14ème sommet de la Francophonie a semble t-il réussi son pari. Eclairage sur les avancées du sommet de Kinshasa. Et carton jaune à un homme qui a fait l’objet de toutes les attentions : François Hollande.

Lors de ce rendez-vous qui s’est tenu à Kinshasa, temple où rayonne la langue française, une résolution a été adoptée pour réaffirmer l’intangibilité des frontières de la République Démocratique du Congo. La condamnation des "violations massives des droits de l'Homme dans l'est du pays" (Nord et Sud-Kivu) a été faite. Les Forces de Libération du Rwanda (groupe de rebelles hutus rwandais) et le M23 (un groupe des rebelles congolais issus du CNDP) ont été tenus pour responsables.

Lire la suite...
S'abonner à ce flux RSS