Deuxième bureau : tout ce que vous avez voulu savoir sur les relations extra-conjugales ...

Une série africaine intitulée "Deuxième bureau" est actuellement en tournage au BéninElle traite des relations extraconjugalesC’est donc l’occasion de faire dialoguer mes valeurs africaines et européennes. Effectivement, de manière générale, une femme n'a pas envie de partager son compagnon. Et puis quoi encore ??? 
 
Cette idée fut mienne en 2004 : j'étais alors possessive et il m’était impossible de rendre compatible l’amour et l’infidélité. Or, l’expérience m’a appris que la gent masculine est loin d’être monogame. N’est-ce pas messieurs ??? L’histoire des civilisations, au contraire, m’a enseigné que la nature masculine est davantage portée sur la polygamie, moyen naturel d’exprimer sa virilité. Si le Don Juan de Molière a été le symbole de la séduction défiant morale et religion (Ouah… Quel homme…), il existe des études scientifiques expliquant l’infidélité masculine : elle est inscrite dans les gènes.

 

Car l’infidélité masculine se réalise discrètement dans les sociétés occidentales : la maîtresse et les éventuels enfants adultérins se cachent des regards publicsQuelle honte !!! Pour ne pas choquer les normes morales et culturelles, l’hypocrisie est l’arme utilisée. 

En France, par exemple, on découvre en 1994 Mazarine Pingeot, fille adultérine du Président François Mitterrand lequel mène alors une vie secrète. Car dans les faits, François Mitterrand reconnaît Mazarine Pingeot devant notaire le 25 janvier 1984. Secret le mieux gardé de la République, Il faudra attendre que deux photographes Pierre Suu et Sebastien Valiela publient une photo du 21 septembre 1994, de Mazarine et son père à la sortie du restaurant Le Divellec dans l'hebdomadaire Paris Match du 3 novembre 1994. Aux obsèques du président socialiste, la France, ébahie, découvre le défunt président et ses co-épouses. Quel choc ! 

 

Pourtant en Afrique, cela n’a heurté personne. Bien au contraire, on en a ri. Les affaires de la famille Mitterrand ne sont rien si on les compare aux impératifs politiques brûlantsCar, en Afrique, nous connaissons le phénomène des deuxième et troisième bureaux.

 

A suivre.... Volet 2 - Deuxième bureau : une spécialité d'Afrique et d'ailleurs

 

LADY GANGA

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut