Africa Thesis Award : the winner is ...

Unkululeko Mabandla est devenu le lauréat 2012 de l'Africa Thesis Award grâce à sa thèse sur la classe moyenne noire en Afrique du Sud. L'étudiant a reçu son prix le 17 novembre durant Afrikadag.

Le prix de de la thèse d’études africaines (Africa Thesis Award)  récompense chaque année un étudiant, auteur d'une thèse de Master sur la base d’un travail de recherche sur l’Afrique. Le centre d'études africaines de Leyde aux Pays-Bas (Afrika-Studiecentrum, ASC) décerne cette distinction pour encourager des étudiants à mener des recherches et à écrire sur l'Afrique sub-saharienne. Il veut également promouvoir l'étude des cultures et des sociétés africaines.

Nkululeko Mabandla a remporté le prix cette année Je posterai bientôt sur mon blog un billet à propos de sa thèse intitulée « The Continuities and Discontinuities of a South African Black Middle Class ». Étaient aussi nominées Judith Zoetelief et Catherine Wilson, toutes deux étudiantes de l'université de Leyde.

Les nouveaux migrants chinois au Ghana

Judith Zoetelief était inscrite à Leyde, au département des études chinoises. Aussi a-t'elle consacré sa thèse à une étude de cas sur les nouveaux migrants chinois au Ghana. Ceux-ci sont de plus en plus impopulaires auprès de la population locale. Et ils ne savent pas qu'ils ont mauvaise réputation. La jeune femme a quitté les bancs de l'école pour s'immerger sur le terrain trois mois durant. Son travail repose aussi sur de nombreux mois d'analyse de la littérature, des études, des blogs et des documentaires. Voici l'intitulé exact de sa thèse : « Dragons in the Savannah, A Case Study of new Chinese migrants in Tamale, Ghana » (lire aussi cet article de RNW http://www.rnw.nl/afrique/article/la-mauvaise-reputation-des-migrants-chinois).

La nouvelle identité de la jeunesse de Kisangani et le Yankee congolais

Issue du département des études africaines de l'université, Catherine Wilson a passé six mois sur le terrain dans la ville de Kisangani. La jeunesse urbaine de la République démocratique du Congo qui s’est trouvé une nouvelle identité l'aidant à survivre dans la ville. La jeune femme aux origines belge et colombienne a analysé ce phénomène dans sa thèse (lire aussi cet article de RNW http://t.co/2fsbpu8K). Le nom de la thèse est le suivant : « The Congolese Yankee Language and Identity among Youth in Kisangani ».

Pour en savoir plus sur ce prix :

site officiel http://www.ascleiden.nl/?q=content/le-prix-de-la-thèse-d’études-africaines

Le site web de la radio néerlandaise RNW a publié en novembre 2012 une série d'articles basés sur les recherches des trois nominés du prix.

Aurélie GANGA

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut