Moi, un deuxième bureau ? Jamais !

« Aurélie ! Tu penses avoir un homme à toi, ici ? Oublie ! Tseras un deuxième ou un troisième bureau ». 

 

Cette sentence émise sur un ton professoral par une amid’enfance, ayant comme moi grandi en occident m'avait ébahie et décontenancée. Devrais-je me résigner au triste sort d'être un bureau ? Moi jamais ! Quelle absurde destinée ! 

 

J'interroge cette amie : « Dans notre société congolaise, l'homme impose à la femme sa polygamie. Comment la polyandrie est-elle alors acceptée ? ». Erreur ! Faute ! Sacrilège ! J’ai posé là une question taboue. D’un ton inquisiteur, elle me rétorque : « Ma sœur ! Vos idées de blancs… Là ! Il ne faut pas les emmener ici ! ». 

 

J’avoue avoir été volontairement provocatrice, car dans toutes les sociétés, la polygamie est acceptée à l’unanimité, pas la polyandrie. N'oublions pas que c'est la religion qui a imposé aux hommes la monogamie. Mais, ce concept n’est pas naturel. Dans la nature, la majorité des mammifères sont polygames. Mais les femelle n'ont des désirs  sexuels qu'en période de fécondité.

 

Mais, pour moi, un homme et une femme qui s’aiment se doivent fidélité. La femme se doit d’être davantage fidèle peut-être. N'est-ce pas elle qui donne la vie et qui est la gardienne de la famille ? 

 

Juste un conseil à mes sœurs africaines et européennes amoureuses : soyez vous-mêmes !


LADY GANGA

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut