Intégration régionale en Afrique : on peut mieux faire

L'intégration régionale en Afrique est le thème de la Conférence économique africaine 2013 qui se tiendra du 28 au 30 octobre à Johannesburg. L'appel aux contributions est ouvert.

De nombreux arguments avancés par des dirigeants politiques, des économistes, des chercheurs et des think-tanks vont dans le sens de l'accélération du processus d'intégration régionale en Afrique. L'intégration profiterait, aux plans politique et économique, à l'Afrique sur l'échiquier mondial. Aujourd'hui, l'objectif d'une Afrique économiquement intégrée est encore loin d'être atteint, en dépit des efforts des pays du continent qui ont tenté de renforcer les communautés économiques régionales, en rationalisant leurs mandats et en concrétisant même avec certaines régions une union politique plus étroite.

La Conférence économique africaine d'octobre 2013 abordera ces défis et esquissera des solutions. Les auteurs sont invités à soumettre leurs articles complets, avant le 30 août 2013, en respectant les instructions figurant sur le site internet http://www.afdb.org/aec. Les articles seront étudiés, de façon anonyme, par une institution indépendante.

Qu'est-ce que la Conférence économique africaine ? 

La Conférence économique africaine est organisée conjointement par la Banque africaine de développement, la Commission économique pour l'Afrique et le Programme des Nations unies pour le développement. 

Les Conférences économiques africaines ont pour objectifs principaux : 

(1) promouvoir la gestion des connaissances en tant que moteur important du dialogue politique, de la bonne planification des politiques et de leur mise en œuvre ; 

(2) favoriser le dialogue qui encourage l'échange d'idées et de pensées innovantes entre chercheurs, praticiens du développement et décideurs africains ; 

(3) encourager et renforcer la recherche sur les questions économiques et politiques liées au développement des économies africaines ; 

(4) offrir l'opportunité aux jeunes chercheurs africains, aux Africains de la diaspora et aux organisations sous-régionales et régionales, de diffuser leurs résultats de recherche et de partager avec les décideurs africains des informations sur les travaux qu'ils mènent dans la région. 

Aurélie GANGA

Plus dans cette catégorie : « Sawa : des chaussures venues d'Afrique

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut