Le jour où j'ai rencontré Mandela

Aurélie Ganga à Soweto en juillet 2008

Joyeux anniversaire Madiba ! Nelson Mandela fête  aujourd'hui ses 95 ans. En juillet 2008, j'avais eu la chance de le rencontrer en Afrique du Sud. Cela vous dit de revenir avec moi sur ce grand moment ?

Je vous fais partager l'interview que je viens de donner à un magazine à propos de cette rencontre marquante avec Nelson Mandela. Nous étions au coeur de l'été 2008 dans la nation arc-en-ciel.

Mandela pour ses 90 ans en 2008

À quelle occasion avez-vous rencontré Nelson Mandela ?

Aurélie Ganga : J'ai rencontré Madiba en juillet 2008 à Soweto. J’accompagnais la ministre française Rama Yade dans le cadre d’un voyage officiel en Afrique du Sud.

Qu'avez-vous pensé alors ?

AG : J’ai eu envie qu’existent plusieurs Mandela dans le monde. Je rêve qu'en Afrique, plusieurs chefs d’Etat au pouvoir depuis trop longtemps s’inspirent de lui. Ce grand homme a su laisser le pouvoir alors qu'il était  au firmament. Il faut savoir partir lorsqu’il est temps.

Pour vous, que représente Mandela ?

AG : Nelson Mandela est bien sûr l'incarnation de la lutte contre l’apartheid. Il représente, pour moi, la grandeur du pardon. Je suis fascinée par sa capacité à pardonner ceux qui l’ont emprisonné.

Que dire de son bilan à la tête de l'Afrique du Sud ?

AG : Le Président Mandela a quitté le pouvoir en 1999 avec un bilan, certes mitigé en termes de justice sociale. Il a cependant évité une guerre civile dans son pays. L’Afrique du Sud est passée d’un système raciste inégalitaire à une société, qui est encore divisée et inégalitaire, mais aussi l’une des plus démocratiques au monde.

Quel héritage a laissé Nelson Mandela ?

AG : Je retiens sa capacité à œuvrer pour l’intérêt général malgré les difficultés du pays et à mettre les intérêts particuliers au dernier plan.

En quoi est-il un exemple ?

AG : Son abnégation et sa capacité à pardonner font de Nelson Mandela un exemple, une icône internationale. Il a réconcilié les blancs et les noirs. Il leur a dit : « N’ayez plus peur. Aimez-vous et pardonnez. » Madiba a toujours placé l’Amour de son prochain dans son action politique. Il n’est pas avide de pouvoir. Il est un Grand Homme et le restera à jamais.

Cinq ans plus tard, que retirez-vous de cette rencontre avec un tel monument ? 

AG : J'ai envie de continuer à croire à une Grande Afrique. Les Hommes font l’Histoire, mais l’Histoire aussi fait les Hommes. L’Afrique a besoin de Grands Hommes pouvant poser les bases d’institutions fortes.

Plus dans cette catégorie : « Twitter : 1500 followers... On continue !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Retour en haut